Sélectionner une page

Je respire, enfin.

par | 23 Oct 2016 | Work

Divi logo

Il est des décisions que l’on prend sans vraiment réaliser qu’elles entraîneront un changement de vie radical, passionnant et parfois douloureux. Ce fut mon cas, il y a quatre ans, lorsque j’ai quitté mon employeur un peu à la hussarde pour reprendre une formation et tenter de créer ma propre affaire.

Ce que je ressens immédiatement, c’est la solitude. Derrière les paroles encourageantes, je perçois parfois la perplexité de ceux qui questionnent le bien-fondé d’une telle démarche et se cachent alors derrière des platitudes de circonstance.

Plus de collègues. Fini les inepties hilarantes autour de la machine à café. A la casse le gossip rassurant échangé à midi. Je suis seul. Seul avec mes idées, mes doutes et mes défis. Pas facile.

Je suis parti parce que j’avais fait le tour. Je me suis surpris à constater que les tâches devenaient répétitives. J’en ai eu assez du jargon épuisant des réunions et des petites cachotteries connues de tous. Le bullshit des réunions de marketing où l’on parle de « Brand » et de « Funnel », où tout est « Great », où les anglicismes nous endorment et les « Brainstormings » sans lendemain nous servent l’illusion d’une culture d’entreprise participative et innovante. Foutaises. J’ai quitté – en tremblant, je l’admets – le monde rassurant de l’employé pour tenter autre chose, sans vraiment savoir par où commencer.

J’ai découvert le monde des entrepreneurs, ces patrons que l’on méprise si souvent mais qui ont bâti leur entreprise à la force du poignet et de la discipline. Qui ont risqué bien plus que leur carrière, leur ego ou leur réputation. Ce sont ceux qui ont osé croire qu’il pouvaient le faire, seuls. Et ce qui m’a tout de suite frappé, c’est qu’un entrepreneur décide rapidement, pour lui-même, sans chichis, sans les abrutissants SWOT qui ne font que rassurer sans résoudre. Il connait son affaire, ses forces et ses dangers. Et malgré tout, il décide en assumant les risques pour lui-même.

Quel changement ! Tout est plus simple. Rien n’est délibérément compliqué pour impressionner une hiérarchie qui, souvent, n’y comprend rien. Le créateur d’entreprise dit oui s’il sent le truc et non dans le cas contraire. Simple, intuitif. Je respire, enfin.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.